Slow life quand tu nous tiens !

Si vous avez manqué la première partie de cet article cliquez ici

Lent(e)". Dans la langue française, cet adjectif reste péjoratif. Dans sa version anglaise, "slow", il désigne depuis les années 1990 un mode de vie tendance.

Toutes les lectures sur la slow-life m’ont tellement mise en de bonnes dispositions que j’ai voulu pousser plus loin et comprendre par quel moyen et à quel niveau la slow life pouvait avoir une incidence au quotidien. Il ne s’agissait plus pour moi de m’arrêter en si bon chemin !

N’oubliez surtout pas de consulter mon premier article pour vous mettre dans l’ambiance avant de devenir un inconditionnel de la slow life comme elle se présentera à vous dans toute sa douceur.

  Les cinq domaines du slow-life

La vague du slow s’est étendue notamment dans cinq domaines :

  1. a) A la télévision

La slow TV a eu un engouement sans précédent. Les programmes de la chaîne publique norvégienne NRK, qui proposent des jours entiers d'images de paysages, de tricot ou de pêche, battent des records d'audience.

 
  1. b) En ville

Ces dernières années ont vu l’émergence de slow cities tel Fiumicino, Lens où les visiteurs prennent tout leur temps pour profiter de choses simples et expérimenter la vie apaisée loin du tourbillon urbain. Buller, dans un environnement dédié à la lenteur ou plutôt à la prise de conscience total du moi, image tentante ? Assurément !

 
  1. c) En gastronomie

La slow food par opposition au fast food où prévaut la prise de conscience du corps qui est un temple à préserver en le nourrissant d’aliments sains et équilibrés. En ces temps-ci Slow food est le nouveau mantra. D'ailleurs plusieurs salons sont organisés, tel le salon "Cheese" pour promouvoir le Slow food.

 
  1. d) Dans notre vie intime

Le slow sex qui prône évidemment les avantages de prendre son temps et d’être à l’écoute de soi-même et surtout de l’autre. Il est évident que c’est un domaine où la slowlife aura l’unanimité absolue.

 
  1. e) Dans l'éducation des enfants

  A l'ère de la performance scolaire, des emplois du temps de plus en plus surchargés et du perfectionnisme des parents, il était naturel que les adeptes du "slow movement" appliquent le concept au domaine de l'éducation. Comme le rappelle le magazine Clés, qui a consacré un dossier au phénomène, Carl Honoré, le journaliste canadien auteur du best-seller Eloge de la lenteura prolongé sa réflexion sur le slow avec «Manifeste pour une enfance heureuse». Il conseille aux parents de laisser à leur progéniture "le temps et l’espace pour explorer à leur rythme". Les laisser s'ennuyer, en somme. 

    Pour en savoir plus sur la slow life trois titres à grand succès :

Vivre plus lentement, un nouvel art de vie de Pascale d’Erm Un très bel ouvrage qui propose des rencontres avec quelques représentants du slow. Pour mieux comprendre le sens de ce mouvement et prendre le rythme tranquille (Ulmer, 2010).

  La Sagesse exercée de Jacques Castermane

Apprendre à être plutôt qu’à faire, tel est le parcours de sagesse de ce maître zen (La Table ronde, 2005).

  Le bestseller en matière de slow life est l’Eloge de la lenteur (50 000 exemplaires vendus en France).

    C’est le moment idéal pour tester ce concept qui ne peut avoir que des retombées bénéfiques tout en sachant bien évidemment que la meilleure façon de l’envisager est sous forme  de cures à doses de plus en plus prolongées au fil du temps.

  Que pensez-vous de la Slow Life?  Vos commentaires seront les bienvenus histoire de savoir si la slow life a réussi à vous séduire !